Vidéo

Vidéo : de quoi parle t-on exactement ?

Difficile aujourd’hui de se passer d’images vidéo tant elles sont présentes dans notre quotidien. Les différents supports nous permettant d’en visionner sont vastes : vidéosurveillance, télévision, caméra numérique, webcam, web, cinéma, …  Une vidéo centralise l’ensemble des techniques qui vont permettre l’enregistrement ainsi que la restitution d’images animées (avec séquences sonores ou non) sur un support électronique.  

Il s’agit d’une suite d’images que l’on compte par seconde à l’aide d’une unité de mesure spécifique: les Frames Per Second. Les FPS correspondent tout simplement au nombre d’images affichées par un dispositif en une seconde. Plus le nombre d’images y est important, plus l’animation vidéo semble fluide, lisible et agréable à l’œil. Le cerveau peut ainsi en effet comprendre avec plus de facilité les informations qu’il doit traiter. Lorsque nous regardons par exemple la vidéo montrant une personne lançant une balle de tennis, il est plus facile d’en identifier la trajectoire si le nombre d’images composant la séquence est important. Ainsi, le nombre d’images d’une vidéo participe grandement au sentiment de confort visuel du spectateur.

L’effet phi permet d’expliquer ce phénomène : il s’agit tout simplement de la sensation visuelle d’un mouvement qui est occasionnée par l’apparition d’images saisies et comprises comme étant successives.
Le cerveau va combler l’absence de connexion logique entre les images qui lui sont proposées par une transition qui lui paraît la plus plausible en fonction du contexte donné. C’est ainsi, par exemple, que fonctionne le principe de certaines guirlandes lumineuses : nous avons la sensation visuelle qu’un point se déplace alors que les ampoules se contentent tout simplement de s’allumer successivement à une vitesse vive et soutenue. 

C’est le principe qui nous intéresse ici pour la vidéo : le spectateur a l’illusion que les images sont animées en mouvements cohérents et intelligibles alors qu’elles se succèdent à 24 images par seconde pour le cinéma, 25, 30 ou 50 images par seconde pour la télévision (voir davantage selon le système utilisé). Toutefois, un minimum de 16 images par seconde est nécessaire pour parvenir à l’illusion d’un mouvement perceptible et fluide. 

Aussi, si le nombre d’images par seconde lors du visionnage de la vidéo est supérieur à celui de son tournage, on parvient à un accéléré. On obtient par conséquent un ralenti si le nombre d’images par seconde lors de la projection est inférieur à celui du tournage. 
 

Les différents formats vidéo

Le format étant un terme désignant différentes caractéristiques, il convient d’en préciser au préalable le type dont il est question afin de ne pas faire de confusion : format vidéo, format image, format TV, format d’enregistrement, format fichier ou enfin format d’une image ou rapport cadre. Il est donc essentiel de ne pas faire l’amalgame entre format vidéo et fichier conteneur. 

Une vidéo comprend un fichier audio et un fichier vidéo : ces fichiers représentent eux même un ensemble de données qui sont encodées. Pour faire simple, l’encodage consiste à compresser les données sans nuire à la qualité finale. L’outil dont on se sert pour l’encodage s’appelle un codec (attention toutefois, le codec ne peut absolument pas modifier un fichier conteneur). Un format spécifique est finalement obtenu selon le type d’encodage utilisé. Ces différents flux sont renfermés dans un fichier conteneur afin d’obtenir une lecture fluide de l’image et du son. Retenons que chaque fichier conteneur a sa particularité : l’ennui reste toutefois qu’il peut ne pas être reconnu par certains logiciels, lecteurs ou appareils. 

L’objectif final est l’exportation de la vidéo au format voulu (point important à retenir cependant : l’exportation sous-tend souvent une conversion). On obtient ainsi une piste vidéo et une piste audio incluant chacune un seul élément. La vidéo pourra ainsi être réutilisée à d’autres fins (gravée sur DVD, sauvegardée, exportée sur le web, être lue sur un autre périphérique, …).    

Tuto vidéo et formations vidéo pour maîtriser les différentes techniques

Pour ceux qui débutent et qui souhaitent se familiariser avec l’outil vidéo comme pour les utilisateurs confirmés qui désirent acquérir encore plus de maîtrise, de savoir-faire et de compétences en la matière, Tuto.com propose toute une série de tutoriels adaptés. Qu'il s'agisse de tuto vidéo gratuits ou bien de formations vidéo complètes, selon les besoins, les envies et les attentes spécifiques de chacun vous trouverez ce qu'il vous faut. De nombreux formateurs vidéo, spécialistes et experts, vous donneront toutes les clefs pour réussir. Que vous souhaitiez performer dans la création vidéo (un hologramme 3D ; un personnage 2D ; Proxy pour un montage ultra fluide ; une galaxie réaliste version cinéma, une intro avec effet Glitch…), que vous désiriez avoir connaissance de toutes les astuces de professionnels pour créer une vidéo de qualité ou que vous choisissiez de vous intéresser davantage à l’animation vidéo (un texte ou logo en particule ; une animation faciale ; un carrousel de photos ; une maquette de site internet…), vous y trouverez sans aucun doute votre formation idéale.
accédez à plus de 1584 tuto gratuits


non, je ne veux pas me former gratuitement