mot-cléMOOC

Parcours PRO : Découvrez l’interface utilisateur !

formation professionnelle

Il y a quelques mois, nous lancions notre premier parcours PRO.
Depuis, 12 formations métiers sont disponibles (et d’autres arrivent).
Pour rappel, ces parcours PRO mélangent :

Continuer la lecture

(558)

Les certificats de complétion

certificat tuto.comDésormais, lorsque vous suivez un cours sur tuto.com et que vous allez jusqu’au bout de ce dernier, vous avez la possibilité de débloquer un certificat de complétion !

Continuer la lecture

(1624)

Lightroom CC et Lightroom 6

Lightroom-cc

La 6ème version de Lightroom vient de sortir sous 2 appellations : Lightroom 6 (version desktop, vendue sous forme de boîte) et Lightroom CC, la version Cloud, fournie dans les abonnements Adobe, notamment le Creative Cloud pour la Photographie.

Beaucoup de choses à dire sur ce Lightroom, alors c’est parti !

Les nouveautés de Lightroom CC & de Lightroom 6 :

Voici le listing complet des nouveautés.
Sachez que vous pouvez retrouver ces nouveautés en vidéo, en suivant cette formation Lightroom CC, gratuitement.

  • Fusion HDR :Lightroom 6 fusion HDRVous avez désormais la possibilité de faire de la fusion HDR sans passer par Photoshop. Un grand gain de temps pour les photographes adeptes du bracketing et des effets HDR, d’autant plus que le module de fusion HDR profite très grandement des améliorations de performances de ce Lightroom 6 / CC.
  • Fusion Panorama
    panorama lightroom 6
    De la même manière, vous restez désormais sous Lightroom, pour créer vos panoramas. Plusieurs types de fusion vous sont proposées, et là encore, les performances sont assez bluffantes. A noter que comme pour la Fusion HDR, la construction du panorama se fait désormais en tâches de fond. Cela vous permet donc de démarrer un traitement de photo en parallèle par exemple.
  • Reconnaissance FacialeReconnaissance Faciale Lightroom 6Lightroom peut désormais vous aider à trouver automatiquement les photos associées à un visage, sans même passer par des métadonnées. Vous pouvez ainsi classer vos photos en fonction des personnes et modèles.
  • Amélioration des performancesLightroom 6 performanceBeaucoup diront que c’est LA nouveauté la plus marquante, tant les équipes d’Adobe ont apporté un gain sur la performance globale de Lightroom.
  • Diaporamas vidéos et et galeries web sophistiquésgalerie-web-lightroom-6Lightroom 6 / CC propose de nombreuses nouvelles options pour la création des vos diaporamas vidéo ainsi que vos galeries web (notamment des modèles de galeries en HTML5).
  • Pinceau filtre : le filtre gradué et radial a désormais le droit à son pinceau pour contrôler avec plus de précision le masque du filtre.

Notre avis sur Lightroom 6 / CC

Les plus

  • On a aimé la très grande amélioration des performances qui a elle toute seule pourrait supporter la nouvelle version.
  • La possibilité de créer des images HDR et des panoramas directement dans Lightroom sans devoir passer par Photoshop.
  • On aime également la philosophie de workflow entre Lightroom Mobile, Lightroom CC et la possibilité de partager une photo en un seul clic, via le Cloud. Le photographe peut concrètement débuter un travail de tri sur mobile et même de développement sur tablette, en déplacement, pour terminer et affiner le tout sur son ordinateur.

Les moins

  • Côté nouveautés, ce qu’on peut regretter c’est l’absence d’un outil permettant de faire rapidement une séparation des fréquences. Cette technique est très largement utilisée aujourd’hui par les photographes de mode pour la retouche de la peau. Du coup, cela oblige le photographe à sortir de Lightroom pour travailler cet effet dans Photoshop. A noter que des logiciels comme Affinity Photo (actuellement en beta) propose déjà cette fonctionnalité en natif.
  • Le branding. Il n’est clairement pas évident pour le client (et encore moins pour les éditeurs de livres, de formation etc…) de conjuguer avec un même logiciel qui porte 2 noms. On devine que Adobe avance sur un tapis d’épines quand il s’agit à la fois d’adresser une partie des photographes qui ne souhaitent pas entendre parler d’une formule en abonnement et le positionnement stratégique insufflée depuis quelques années sur du logiciel qui se veut justement… en abonnement.Personnellement et pour travailler au quotidien sur la suite Creative d’Adobe, nous avons été séduits par les formules en abonnement car il faut bien reconnaitre que les équipes d’Adobe ajoutent avec une grande régularité, des fonctionnalités nouvelles qui viennent améliorer notre workflow au quotidien, sans devoir attendre des cycles de mises à disposition longs.

…Formez-vous sur Lightroom 6 et Lighrtoom CC

On a su se montrer réactif en terme de formation pour vous permettre de monter en compétence dès le jour de la sortie de ce nouveau Lightroom !

(759)

Nouvel accueil pour vos cours achetés

« Un espace pour accéder en un clic à un cours et ses options »

Nouvel accueil cours tuto.com

L’amélioration de la plateforme suit son petit bonhomme de chemin. Les précédentes semaines nous nous sommes focalisés sur des fonctionnalités réservées aux contributeurs ; il était donc temps de faire plaisir (on l’espère) aux utilisateurs qui se forment sur tuto.com.

Nous vous présentons donc, le nouvel espace d’accueil d’un cours.

Pourquoi cette évolution ?

Nous sommes partis d’un constat. Peu d’utilisateurs ont pris conscience des différents possibilités qui accompagnent un cours depuis la mise en ligne du nouveau tuto.com (juillet 2014). Bien que le visionnage d’un tuto soit à vos yeux, l’action prédominante, d’autres options sont à votre disposition :

  • Le salon d’entraide : véritable prolongement de votre apprentissage, vous pouvez y poser vos questions à l’auteur, qui pourra venir vous répondre, ainsi que les autres clients du même tuto (ce que l’on appelle dans le jargon, le peer to peer learning ou encore le social learning, notions très répandues dans les MOOCs).
  • Le téléchargement des fichiers sources qui accompagnent souvent un tuto.
  • La validation des vos acquis via le QCM (quand ce dernier est disponible). Petit rappel : 3 tentatives pour atteindre le score de 100% afin de décrocher le badge et le certificat du cours.
  • La possibilité de laisser votre avis : cette partie est aussi importante pour les formateurs, qui adorent récolter des retours, positifs ou négatifs (lorsque ces derniers sont constructifs, évidemment), mais également les futurs clients qui basent leur décision d’achat, en partie sur ces fameux avis.

Jusqu’à présent, lorsque vous étiez au niveau de la liste de vos cours, et que vous en sélectionniez un, vous étiez redirigé sur le visionnage en ligne de ce dernier.

Désormais, vous passez d’abord par un accueil qui vous présentera les accès rapides aux différentes parties listées précédemment. Vous retrouvez également dans une colonne, située à droite dans l’interface, un résumé statistiques sur le cours et également les dernières entrées dans le salon d’entraide.

Cette nouvelle interface se veut plus efficace en terme d’interactions avec vos cours, les formateurs, la communauté. Nous allons voir désormais si ce nouveau design est efficace.

A vous de jouer !

(231)

7 000 000 de cours visionnés

Tuto.com n'est pas un mooc

Tuto.com n’est pas un MOOC. Le modèle économique est principalement payant (même si nous proposons 2700 vidéos gratuites sur les 26 000 proposées). Pour autant, ce modèle fonctionne et est même chaque année en croissance. Nos contributeurs vendent de mieux en mieux, nos utilisateurs (aujourd’hui au nombre de 340 000) se forment quotidiennement sur le site, sur mobile ou sur tablette. Ce succès nous permet de tisser des partenariats avec de grandes marques (Adobe, Orange, Laposte, Microsoft, Fnac …)

Nous sommes fiers d’annoncer aujourd’hui, que la barre des 7 000 000 de cours visionnés sur le site a été dépassées. Cela représente plus de 1 500 000 d’heures de cours dispensées via notre plateforme.

La v3 du site arrive bientôt. Nous nous sommes focalisés sur les services pour cette nouvelles version de tuto.com, pour améliorer l’expérience côté utilisateurs et contributeurs. Un nouveau format de cours fera également son apparition.

On a très hâte de vous montrer tout ça !
Merci pour votre confiance.

(212)

MOOC – Vers de nouvelles formes de pédagogies

dossier mooc - nouvelles formes de pédagogie

Dossier MOOC – approche alternative (plus ou moins).
Ce qui précède :
Part 1, Introduction et contexte
Part 2, Définition d’un MOOC

Ce qui suit :
Part 4, La place et le rôle de l’enseignant.

 

Vers de nouvelles formes pédagogiques

Plus que l’objet MOOC, au sens propre, c’est plutôt la résultante d’un certain nombre d’évolutions technologiques (audience connectée et accessible via les réseaux sociaux ; diffusion de ressources facilités ; solutions techniques pertinente), l’émergence de nouvelles formes de pédagogie et les perspectives qu’elles offrent qu’il faut ici considérer.

Car, les MOOC ne sont pas l’expression définitive et immuable d’un enseignement réinventé ; du moins tel que l’envisagent déjà certains acteurs privés ; ou encore, comme le laisse penser parfois certains tenants du débat qui fait rage. Ils constituent surtout un vaste champ d’expérimentations qui ont pour objectif de redéfinir les cadres d’apprentissage, aussi mouvants soient-ils, dans un monde hyper connecté qui autorisent, dorénavant, un partage et une participation active de l’apprenant à l’enseignement dispensé ; lui-même pluriel, ouvert et soumis [nécessairement] à controverse, selon le sens donné par Bruno Latour et Dominique Boullier (voix dissidentes dans ce débat).

 

S’élever dans la controverse

Pour ce dernier, l’enseignement des controverses (dont vous trouverez ici l’une des illustrations) est le seul à permettre l’appropriation des éléments clés de savoirs parfois très complexe et l’exploration de l’immense champ des connaissance désormais disponibles sur les réseaux ; d’en saisir la diversité des sources et des interprétations et d’être capable, au terme de ce processus, de se façonner une opinion pleinement consciente et libre : la mise en situation ou l’expérience concrète comme fondement de tout apprentissage. Autant que peut l’être la sollicitation de chacun de nos sens dans le travail de la mémoire.

 

Attention modifiée

Ceci pose les principes de la pédagogie active, les bases d’un enseignement distribué et collaboratif, assez proche finalement des méthodes connectiviste sur lesquelles s’appuient les cMOOC, capable d’offrir une tentative de réponse pertinente à ces nouveaux enjeux éducatifs. Parmi lesquels, la capacité, d’une part (comme déjà évoqué) à établir des connexions entre les différents champs du savoir, plaçant le méta-apprentissage au centre de la démarche. D’autre part, la question de la dynamique relationnelle et du lien social nécessaire à l’épanouissement des individus (en considérant son éventuelle dissolution dans un contexte spatial décentralisé).

Enfin, un mode d’apprentissage adapté aux générations actuelles qui, dans ce contexte technologique de surabondance des données et de multiplication des moyens d’y accéder, ne connaissent, n’intègrent, ne synthétisent ni ne consomment l’information comme les précédentes. Et impose de trouver les solutions techniques et méthodologiques pour capter cette attention modifiée. Non que celle-ci est moins importante ou défaillante mais « plus extensive et multiplexée et moins intensive et focalisée sur des objets uniques », selon Dominique Boullier. Presque un nouveau langage. Pour de nouvelles structures narratives.

 

Littératie Digitale

En jeu, dès lors, la nécessité qu’ont ces mêmes générations à s’approprier les techniques spécifiques leur permettant de produire et comprendre ce nouveau langage et de mettre en perspective le contexte technologique dans lequel elles évoluent ; entendu que celles-ci ne doivent se substituer à l’acquisition des savoir-faire élémentaires telles que la pédagogie transitionnelle le propose (dispositions intellectuelles et pratiques, capacités générales de raisonnement et d’analyse) mais s’y adosser, en être une forme de prolongement rendant compte des évolutions anthropologiques et sociales.

En gros, quatre axes à envisager comme des pré-requis indispensables (ou littératie digitale, de l’expression proposée par Francois Pisani et Dominique Piotet dans « Comment le web change le monde ») : l’apprentissage des outils numériques et des technologies web (qui renvoie, d’ailleurs, à la confusion entre le comportement, l’usage relativement stéréotypés et le peu de maîtrise réelle de ces outils par les générations actuelles), des différentes formes d’écriture (web, vidéo : « Nos outils d’écriture participent à l’éclosion de nos pensées » – Nietzsche), des principaux langages de programmation dans un monde de plus en plus soumis aux lois du numérique ; le contrôle de son identité numérique ; ou encore la culture de l’image (son contenu, son sens, son contexte), omniprésente et devenue le canal de communication privilégié de nos sociétés, quelque soit son format.

Signes effectifs d’échec

Sur ce dernier point (cette question n’est pourtant pas nouvelle), les institutions semblent, jusqu’à présent, avoir échouée.

D’ailleurs, cet échec autorise et perpétue, précisément, ce spectacle navrant où se confondent, dans la perte totale du sens, le divertissement, la politique et la publicité (les marchands de symboles ; saviez-vous, par exemple, que Lu, « créateur de biscuit depuis 1846 », ouvrait le champ des possibles ?!) ; Trinité de nos sociétés contemporaines dont le « temps de cerveau disponible » de Patrick Lelay en serait la parole révélée… Lui-même a déjà pris la pose !

Autant qu’une grille de lecture, c’est développer également une conscience et responsabilité citoyenne qui semblent totalement étouffer par cet asservissement quotidien sur la pensée.

 

L’apprentissage mixte

Pour l’heure, les expérimentations et l’abstraction théorique se confrontent au principe de réalité (application concrète à l’orée des premières utopies !). Dès lors, la question des MOOC et, plus largement, celle des TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement), tend également à engendrer des formes pédagogiques hybrides. Ou à en démocratiser la pratique, du moins.

Parmi elles, la pédagogie inversée consiste ainsi à fournir aux étudiants un ensemble de ressources (vidéos, lectures diverses, recherche d’informations) en amont du cours ; cette première phase d’apprentissage, réalisée de façon autonome et proactive, permet de réserver le temps d’enseignement à l’encadrement, l’interaction (avec l’enseignant et entre les apprenants eux-mêmes), l’approfondissement et la manipulation de notions complexes et la co-création de contenu. Les cours magistraux, par exemple, deviennent des lieux de débats ou des espaces collaboratifs dédiés à la recherche et aux travaux pratiques, permettant l’acquisition directe de connaissances liées à l’extrémité supérieure de la taxonomie des objectifs éducationnels de Bloom (pour les plus curieux !) : les capacité d’analyse, de synthèse et d’évaluation (des autres et de soi-même). Cette dernière renvoyant, par ailleurs, au mode d’évaluation par les pairs ; rendant possible sa mise en œuvre (ce point sera abordé dans la prochaine partie du dossier).

La pédagogie inversée est déjà largement appliquée dans d’autres pays (Etats-Unis, Canada) ou contextes plus spécifiques (préparation du concours d’internat en médecine, formation professionnelle dispensée par l’AFPA notamment). Le retour d’expérience semble prometteur : une augmentation de l’assiduité (20%) et du taux de réussite (33%) des élèves américains constatée. De même que les premières expériences, sous forme d’apprentissage mixte, entre la San Jose State University et edX (plate-forme de MOOC fondée par le Massachusetts Institute of Technology et l’Université de Harvard) semblent également donner des résultats concluants. Selon les mêmes dispositions, les étudiants suivaient les cours magistraux d’électronique sur edX (MITx 6.002x Circuits and Electronics) et réservaient le temps de classe pour résoudre des problèmes et poser des questions aux enseignants. Le taux de réussite aux examens ont augmenté considérablement (de 55 à 91%) – (Les MOOC déshumanisent-ils l’enseignement ?, Matthieu Cisel).

 

Y a encore du taff !

En France, les expérimentations tiennent davantage de l’ébauche ! L’exception culturelle française ; cette incapacité aussi de se saisir des questions actuelles et être partie prenante des enjeux de demain (ceci quelque soit le domaine)…

Quelques chiffres sur la situation de l’accès à la connaissance et à l’emploi, en France (source MESR, avril 2013) : 38% des jeunes, seulement, issus de parents ouvriers et employés, 70% de ceux issus de niveaux d’instruction supérieurs (professions libérales, cadres, enseignants), 3/10 étudiants abandonnent le cursus universitaire, 1/3 sortent sans diplôme ; taux de chômage des moins de 25 ans : 25,7%.

Et ce ne sont que quelques indicateurs témoignant des défaillances du système éducatifs français et son impossibilité à offrir l’égalité des chances sensée constituer l’un de ces fondements. Celle-ci n’existe pas (et n’existera jamais) dès lors que cohabitent enseignement public et privé ; ce dernier discriminant de nature et veillant, de par les modes et les critères de sélection, la précocité du choix d’orientation ou le peu de moyens et d’intérêt accordés à la formation continue (pas de seconde chance possible après interruption des études), au maintien d’une caste dirigeante et des couches sociales privilégiées. Bref, y a du taff pourtant…

 

(405)

MOOC – Définition

mooc-img-2

Dossier MOOC – approche alternative.
Ce qui précède :
Part 1, Introduction et contexte

Ce qui suit :
Part 3, Vers de nouvelles formes de pédagogies,
Part 4, La place et le rôle de l’enseignant.

 

Suite du dossier consacré aux MOOC. Après l’introduction, passons à une partie plus « technique » et tentons de regarder précisément cet « objet MOOC » à l’origine de toute cette frénésie !…

Diversité dans leur cadre théorique, donc, qui fluctue largement au rythme des opportunités économiques que certains voient se dessiner. Diversité dans leur forme aussi dans le bouillonnement des projets actuels et à venir ou selon les traditions pédagogiques privilégiées.
Car dans cette petite hystérie collective qui saisie, tout autant, le monde de la formation et du e-learining (centres de formation professionnelle, éditeurs de LMS, éditeurs de vidéo de formation, plateformes dédiées, etc.), chacun entend jouer des coudes pour assurer sa position ; sur Google plus qu’ailleurs. Tous, bien décidés à capter cette nouvelle rente, toute source confondue (capital-risqueurs, subventions publiques), qui s’offrent à eux ; soucieux, toutefois, d’invoquer leur intention altruiste et humaniste.

Il convient donc de rappeler le noyau dur de propriétés qui leurs sont généralement associées. Ces derniers mots et l’essentiel de la définition qui suit (probablement une des plus claires et concises glanées sur le web, et qui correspond plutôt bien à l’idée que nous nous faisons des MOOC) sont empruntés au très bon livre blanc édité par Unow et consacré à la conception d’un parcours d’apprentissage dans le cadre d’un MOOC. Pour une définition plus exhaustive, dirigez-vous vers l’incontournable Wikipédia.

 

Définition générale

MOOC : Massive Open Online Course ou cours en ligne ouverts et massifs in french. Selon ces termes, un MOOC est un cours conçus pour être diffusés en ligne avec des échéances, des examens, une reconnaissance en cas de réussite et des interactions entre apprenants et possédant au minimum les caractéristiques suivantes :

  • Structure de « cours ». Un MOOC est construit autour d’un flux temporel d’actions pédagogiques organisé autour d’objectifs d’apprentissage. Il possède une date de début et une date de fin,
  • En ligne, avec un point de ralliement. L’ensemble du cours se déroule sur le web et un espace en ligne permet aux participants de s’inscrire, d’accéder au contenu du cours et d’entrer en contact avec d’autres participants. Le terme « plate-forme » désigant l’environnement d’apprentissage,
  • Ouvert. L’accès est libre et gratuit pour tous, afin de remplir pleinement leur mission de démocratisation de l’enseignement supérieur. Des options payantes peuvent être toutefois proposées (tutorat, certification ; nous aborderons les alternatives de financement dans la partie consacrée aux modèles économiques),
  • Massif (potentiellement). Cette propriété découle des trois précédentes.

 

Structure d’un MOOC

Un MOOC se compose d’un ensemble de ressources et d’activités dont l’assemblage forme un ou plusieurs parcours d’apprentissage. Celui-ci forme le cheminement de l’apprenant.

 

Les ressources pédagogiques

Une ressource est un élément statique du cours :

  • Les ressources d’apprentissage : conçues avant le MOOC, elles forment la matière première du cours. Ces ressources peuvent être créées spécifiquement pour le MOOC ou pré-exister (cours magistraux en vidéo, manuels, supports de cours, objets d’étude, articles de blog, interviews, vidéos externes, etc.),
  • Les ressources d’accompagnement : conçues de préférence avant le MOOC, elles permettent d’orienter et de guider l’apprenant. Elles forment le liant des ressources d’apprentissage. Ces ressources sont toujours créées spécifiquement pour un MOOC (vidéo de présentation du cours, liste des ressources, liens utiles, tutoriels sur l’utilisation de la plateforme et de logiciels externes nécessaires au suivi du cours ou à la réalisation de projets, etc.),
  • Les ressources d’animation : conçues pendant le MOOC, elles permettent de l’événementialiser, de façon à rendre l’expérience vivante (outils de vidéo-conférence, annonce ponctuant le parcours pédagogique et se référant à l’agenda fixé, tchat, forum, réseaux sociaux, etc.).

Les activités

Une activité est un élément interactif du cours, souvent suit d’une évaluation (par l’équipe pédagogique et par les pairs) voire d’une certification.

  • Les activités individuelles, qui peuvent être réalisées par un participant seul.
  • Les activités collectives, qui nécessitent la participation de plusieurs apprenants (travaux de groupe, production collaborative via wikis, entraide, etc.).

Ressources pédagogiques. Unow

 

Deux grandes approches pédagogiques

On peut distinguer deux types de MOOC :

Les xMOOC

Les xMOOC s’appuient sur une approche pédagogique traditionnelle. Celle-ci repose sur une transmission verticale du savoir et privilégie la démarche didactique de l’enseignant (comme autorité et vecteur premier de cette transmission) tel que principalement pratiqué dans l’enseignement et les différents cursus de formation ; quand bien même que les outils numériques ont été intégrés au dispositif éducatif. Ces derniers servant avant tout à enrichir l’expérience de l’apprentissage.
Peu d’interaction, donc, entre les participants-apprenants du cours, les xMOOC proposent, pour l’essentiel, de fournir les connaissances nécessaires, au sein d’un même programme, visant à valider les compétences acquises par un certificat de réussite.

 

Les cMOOC

Les cMOOC reposent sur une approche pédagogique fondée sur la théorie de la connectivité, ou méthodes « connectivistes ». Ils proposent de réduire la centralité de l’enseignant à l’avantage d’un réseau d’experts externes et de mettre l’interaction entre les apprenants au cœur de l’apprentissage ; ceux-ci participant, pour une large part, à la création de contenu autour d’activités collaboratives (ou connectives, plus précisément) et d’un travail d’équipe pluridisciplinaire.
Les cMOOC privilégient l’émergence d’une sorte d’intelligence collective favorisant l’innovation et le progrès social. Deux types d’orientation : la résolution de problème et le développement de projet. Sur ce principe, certains apprenants se sont vu confier et mener à terme la réalisation de projets concrets au sein d’équipes internationales telles que l’implantation d’éoliennes ou de Call Centers au Togo, ou encore la fabrication d’une imprimante 3D.
Les objectifs étant de favoriser, plus fortement, l’autonomie et la capacité d’engagement des apprenants, de contribuer à manipuler des outils et des concepts et à développer des méta-aptitudes (relatif au « savoir-où » et à la capacité de vérifier l’authenticité d’une information).

tableau MOOC

 

En réalité et dans leur application concrète, les frontières sont souvent poreuses entre les principales approches pédagogiques et les caractéristiques des parcours choisis (challenge ou degré de difficulté, degré d’interaction, niveau de contrainte ou encore type de ressources utilisées, pré-requis nécessaires ; tel que modélisé par Matthieu Cisel) ; rendant ainsi de plus en plus difficile la possibilité d’en définir une typologie claire. Pour finalement en revenir au terme unique de MOOC. L’éternel retour des choses !

 

(2149)

MOOC – Introduction

mooc-img-1 Massive Open Online Course

Dossier MOOC – approche alternative.
Ce qui suit :
Part 2, Définition d’un MOOC,
Part 3, Vers de nouvelles formes de pédagogies,
Part 4, La place et le rôle de l’enseignant.

 

Introduction et contexte

Sujet brûlant du moment : les MOOC (Massive Open Online Course). Un acronyme, certes barbare (prononcez « MOC », in french)*, mais derrière lequel se cache surtout ce qui pourrait bien démocratiser définitivement l’accès au savoir et être à l’origine d’une modification radicale de l’enseignement et de l’éducation.

 

De multiples enjeux

Car, dans leurs applications les plus abouties et audacieuses, du moins tel qu’ils seront considérés ici (le cadre théorique fluctuant largement, en effet, au rythme des opportunités que certains voient se dessiner dans cette économie du savoir), les MOOC constituent bien plus que le simple passage du système éducatif aux outils numériques. Ils représentent une remise en question totale de son modèle (les méthodes et techniques d’apprentissage, l’évaluation, le système de valeur, les interactions entre les individus, les structures hiérarchiques, la propre légitimité des établissements du supérieur dans la transmission de connaissances, leur influence ici et ailleurs, la place de l’enseignant, etc.) autant qu’ils relèvent de multiples enjeux ; tout à la fois économiques, culturels et sociaux. Touchant en profondeur la structure et l’organisation même de nos sociétés, toujours un peu plus vacillantes.

Il est de bon ton d’évoquer un changement de paradigme en de telles circonstances ; souvent de manière excessive d’ailleurs. Il semblerait bien, toutefois, que l’expression n’est jamais été aussi bien adaptées. Internet (ou le web ; précisons tout de suite aux puristes qu’aucune distinction ne sera faite entre les deux termes) n’aura finalement, depuis ses origines, épargné aucun champ de l’activité humaine ; aucune institution. Même celles restées longtemps préservées à l’ombre de leurs traditions séculaires (ne restera plus qu’à faire éclater définitivement les institutions politiques… Les plus résistantes !). « Nos institutions luisent d’un éclat qui ressemble, aujourd’hui, à celui des constellations dont l’astrophysique nous apprit jadis qu’elles étaient mortes déjà depuis longtemps », nous dit, par exemple, Michel Serres dans Petite Pucette…

Internet change le monde, de force, inexorablement, par petits soubresauts successifs, par ce mouvement irréversible que Francis Pisani et Dominique Piote désignent, dans Comment le Web change le monde, par « alchimie des multitudes ».
Spécificités majeures, plutôt appropriées à notre affaire de MOOC : la mise en relation d’un nombre toujours plus grand de personnes et de données favorisant l’émergence spontanée de propriétés nouvelles, les notions de conservation comme nouvelle main invisible et d’organisation liquide sans frontières (géographiques, culturelles et sociétales) ni hiérarchie.
Dans ce contexte percent d’autres vecteurs de tension. Aussi, cette nouvelle dynamique relationnelle, à laquelle il devient plus que jamais nécessaire d’adhérer, se heurte violemment à la mécanique institutionnelle ; une mécanique à fort degré d’inertie.

 

La transmission du savoir

Les MOOC posent également la question de la transmission du savoir dans un monde où celui-ci est désormais accessible à tous, à tout moment et en tout lieu (sans même bouger ses fesses) grâce à Internet et aux nouveaux supports mobiles ; il est toujours et partout déjà transmis. Une somme de connaissance à portée de clic, immédiate et objectivée en ce qu’elle n’a plus de référents propres, qu’ils soient espace « concentré » (une université, un amphi, etc.), objets (de livres en bibliothèques, dictionnaires), de personne (un enseignant) ou de patrie (l’histoire, la tradition, la culture dominante, l’idéal paternalisme d’éducation des masses, etc.) presque clos à ce qui les entourent.
Pour reprendre l’énoncé de Michel Serre, comment, dès lors, transmettre le savoir ; que transmettre ; à qui le transmettre

Les MOOC apparaissent, techniquement et par les multiples projets et opportunités économiques qu’ils engendrent, comme une tentative de réponse concrète à ces questions et aux bouleversements de notre époque. Ceux-ci impliquent autant le rôle et la place de l’enseignant dans le processus d’acquisition des connaissances que la manière dont l’apprenant peut y être intégré.

 

Les mutations en cours

D’abord, l’éclatement des clivages culturels, sociaux et nationaux, la disparité des goûts et des pratiques culturelles (entre haute-culture, sous-culture et culture familiale), la multiplication des sources d’information et des modes de diffusion brouillent, selon Bernard Lahire (Sociologie des pratiques culturelles), le découpage des frontières symboliques entre les groupes sociaux et tendent à éroder le socle de connaissances et de valeurs communes.
Ensuite, dans un contexte où, d’une part, le mode de lecture linéaire cède sa place à l’hypertexte et où, d’autre part, les nouvelles technologies prennent peu à peu le pas sur les facultés de notre cerveau, au final « externalisées » (une extension de notre mémoire), l’accumulation de connaissances compte finalement moins que les capacités à développer des compétences techniques et conceptuelles ou à établir des connexions entre les différents champs du savoir. A ce titre, Georges Siemens évoque un méta-apprentissage devenant aussi important que l’apprentissage lui-même ; au « savoir-faire » et « savoir-quoi » s’ajoute le « savoir-où » (savoir où trouver les connaissances quand c’est nécessaire).
A tel point que ce « j’aime mieux forger mon âme que de la meubler » de Montaigne, dans une époque où l’écriture et l’imprimerie s’étaient déjà posées en rupture des modes de transmission et d’acquisition du savoir précédents, n’aura jamais été aussi approprié et nécessaire.

Les problématiques et les enjeux sont multiples et solidement nouer les uns aux autres. Nous tenterons modestement de participer un peu au débat et d’apporter quelques pistes de réflexion, conscients qu’un tel sujet est beaucoup trop vaste et complexe (et brûlant !) pour s’improviser.

A l’instar d’un MOOC d’approche « connectiviste » (nous verrons de quoi il en retourne précisément..) et parce que nous nous voulons fermement ancrés à notre époque (!), il sera d’ailleurs question de nous faire plutôt « agrégateur » de contenu ; l’essentiel des questions soulevées trouveront réponse au fils de liens hypertextes qui jalonneront ce dossier…

 

———–

* Les amoureux de la langue française préfèreront le terme de CLOM (Cours en Ligne Ouverts et Massif) ; d’autres encore, dans une volonté de rupture, auront plutôt recours aux DOOC (Distributed Open Online Courses) et COOC (Contributive Open Online Courses) ; enfin les plus intimistes choisiront les SPOC (Small Private Online Classes)… Un débat de chaque instant, donc !

 

(452)