amp

C’est en février 2016 que Google a officiellement lancé son nouveau format permettant aux internautes de gagner un temps précieux. Il s’agit de l’Accelerated Mobile Page, plus connu sous l’abréviation AMP.  Difficile de passer à côté de cette technologie « open-source » ! Ce format d’écriture particulièrement intéressant tient ses promesses et garantit aux utilisateurs une navigation plus confortable, plus fluide et surtout plus rapide car le contenu mobile s’affiche instantanément. On décrypte pour vous ses différentes caractéristiques, ses nombreux avantages mais également ses contraintes.

À quoi sert l’ AMP de Google ?

Le constat est sans appel : l’avènement d’Internet et le développement des nouvelles technologies web ont radicalement bouleversé nos habitudes quotidiennes de consommation. Bien sûr, nous avons rapidement adopté de nouveaux comportements face à ces différentes évolutions. Logiquement, nous attendons de ces technologies qu’elles s’adaptent à nos besoins et à nos attentes.

La diffusion de l’information reste l’un des exemples les plus significatifs. Pour des raisons pratiques, on veut avoir rapidement accès aux données désirées, n’importe où et n’importe quand. Comment pourrait-on désormais se passer des supports mobiles tels que la tablette et le smartphone ? Calés au fond du sac, ils nous accompagnent partout et nous permettent de disposer de l’information tous moments. Liberté et autonomie garanties, à portée de main !

Certes, l’idée paraît belle mais, dans les faits, le constat n’est pas aussi parfait. Difficile de l’ignorer, les éditeurs de sites web font souvent l’impasse sur notre confort. D’un site à l’autre, notre patience est souvent mise à rude épreuve. Régulièrement, nous devons supporter différentes gênes : publicités inutiles et récurrentes dont il est difficile de se débarrasser, téléchargements de pages web désespérément lents et laborieux, sans oublier les sites qui nous proposent des tailles d’écrans peu adaptées à une navigation agréable. En somme, une accumulation de problèmes qui, à termes, nous fatiguent, nous lassent et, bien souvent, finissent par nous exaspérer.

L’ AMP de Google, ça fonctionne comment ?

On s’en doute, un internaute déçu est un lecteur perdu. Le manque à gagner est évident. Le géant du web l’a bien compris ! Tout comme Facebook qui a présenté en mai 2015 Instant Articles, Google apporte sa propre solution pour remédier à ce problème : l’AMP. La mission principale de cette alternative plus que prometteuse ? Nous offrir un confort de navigation incomparable. Rapidité, légèreté, praticité et fluidité, sont les maitres mots de l’AMP de Google. En d’autres termes il s’agit d’augmenter sensiblement la performance web.

Cette nouvelle technologie open-source est un format particulier d’écriture. Il propose de diminuer considérablement le poids des pages HTML. Résultat ? Plus légères, ces dernières se chargent et s’affichent plus rapidement. Fait assez bluffant pour être souligné, le temps d’attente peut ainsi être réduit de 85 %.

Concrètement, si vous utilisez l’AMP en tant qu’éditeur ou développeur, vous soumettez vos pages web à Google. Pour en vérifier la validité, Google met à disposition des webmasters une plateforme en ligne : AMP Validator.  Et pour le côté pratique, il existe même une extension AMP Validator présente sous Chrome qui vous permet de voir rapidement si votre page AMP est valide.

Pour comprendre son fonctionnement, Google va tout simplement valider vos pages, les stocker en cache sur ses serveurs et les proposer en priorité aux internautes. Ainsi, le nombre de requêtes soumises au serveur est considérablement réduit et la page web se charge quasi instantanément. En tant qu’utilisateur, vous pouvez identifier ces fameuses pages dans vos résultats de recherche grâce à leur logo représentant un éclair accompagné de l’acronyme « AMP ».

Notons qu’en lançant ce projet, Google s’est publiquement engagé à respecter sa charte éthique. Les données personnelles des internautes ne seront donc pas exploitées à des fins publicitaires ou marketing, par exemple.

Introduction à AMP en vidéo

Vidéo : AMP d’un point de vue plus technique

Les contraintes de l’ AMP de Google

L’AMP fonctionne avec le langage AMP HTML, via des balises particulières. De ce fait, il restreint considérablement la liberté des développeurs et des éditeurs. Pour vérifier l’éligibilité de vos pages, Google met d’ailleurs à votre disposition des explications sur le site dédié au projet AMP.

Impossible par exemple d’utiliser, sauf sous certaines conditions assez restrictives, du CSS ou du JavaScript tiers qui pourraient éventuellement alourdir le poids d’une page et, donc, augmenter son temps de chargement. Certaines fonctionnalités classiques ne peuvent donc pas être intégrées dans la conception d’une page web utilisant la technologie AMP. Pour le moment, les sites e-commerces peuvent développer uniquement les pages produits et les pages de listing. Impossible donc d’y inclure dès maintenant des outils indispensables comme par exemple les commentaires ou le panier d’achat.
Malgré ses nombreux avantages, l’AMP montre ici ses limites. Il nous faudra patienter encore un peu pour voir ces contraintes disparaître !

L’ AMP de Google change t-il réellement nos habitudes quotidiennes ?

La réponse est oui ! Avec l’AMP de Google, on découvre et on expérimente une nouvelle expérience du web. Le phénomène s’explique simplement. D’une part, on profite d’une navigation plus rapide, plus confortable et plus fluide : on passe donc volontiers davantage de temps sur internet. Libéré des principaux soucis rencontrés sur le web, on a tendance à rester plus longtemps sur chaque page visitée. L’audience et le trafic des sites concernés sont par conséquent plus denses tandis que les taux de rebond sont moins importants. De ces différents éléments, on suppose l’émergence progressive d’une toute nouvelle façon de « consommer » le web. Malgré ses limites actuelles qui, on l’espère ne seront bientôt qu’un mauvais souvenir, l’AMP a donc tout bon : il profite aussi bien aux internautes qu’aux sites employant cette technologie.

Certains d’entre eux, comme MetroNews.fr, Les Echos, eBay ou encore RTL, l’ont d’ores et déjà adopté. On imagine facilement que beaucoup d’autres ne tarderont pas à succomber à ses nombreux avantages ! Pourquoi pas vous ?

(2048)