Découvrez l’histoire de Sandrine, Graphiste Freelance et Pinterest Manager, qui a défié le syndrome de l’imposteur grâce à notre formation en Design Graphique sur Tuto.com. Elle révèle comment ce parcours lui a non seulement permis de solidifier ses compétences en design, mais aussi d’asseoir sa confiance dans un domaine où l’autodidaxie et la formation continue sont clés. Un témoignage motivant pour tous ceux qui aspirent à légitimer leur expertise dans le numérique.

Bonjour Sandrine, peux-tu nous retracer ton parcours professionnel ?

Bonjour Sophie. Alors après de longues études en économie axées sur le développement durable, j’ai travaillé dans des associations environnementales où j’étais chargée de projet et d’animation de réseaux, avec un rôle important en communication. Progressivement, la communication a pris une place centrale dans ma carrière.

J’ai alterné entre être salariée et travailler à mon compte. Et depuis début 2023, je suis à nouveau indépendante, en tant que Graphiste Freelance et ce que l’on appelle Pinterest manager, où je gère des comptes Pinterest pour des clients afin d’augmenter leur trafic. 😊

Avec ton expérience dans les associations environnementales et en tant que freelance, qu’est-ce qui t’a incité à suivre une formation en design graphique sur Tuto.com ?

Mon parcours est un peu atypique, mais je pense que c’est représentatif de notre génération. J’ai toujours été attirée par la communication et j’ai appris à utiliser la suite Adobe en autodidacte.

J’ai ressenti le besoin de solidifier mes connaissances et d’approfondir mon expertise en design graphique, d’où ma décision de suivre une formation structurée sur Tuto.com.

Peux-tu nous parler du moment où tu as décidé de passer de l’autodidactie à une formation structurée ? Y a-t-il eu un projet ou un défi spécifique qui a déclenché cette décision ?

L’envie de me remettre à mon compte et de légitimer mon statut de graphiste m’a poussé à chercher une formation complète qui puisse être financée et compatible avec mon emploi du temps chargé. Donc idéalement en ligne.

Tuto.com offrait exactement ce dont j’avais besoin, me permettant ainsi de surmonter le syndrome de l’imposteur. J’avais besoin d’avoir un petit diplôme pour affirmer que j’étais graphiste et que ce n’était pas à moi toute seule qui m’était autoproclamée graphiste. 🙈

Comment as-tu organisé tes 345 heures de formation pour les adapter à ton emploi du temps ?

J’ai suivi la formation principalement le soir et le weekend, en jonglant entre mes responsabilités professionnelles et ma vie de maman à temps plein.

Malgré un rythme soutenu et quelques difficultés vers la fin de l’année (notamment parce que je quittais mon travail de salariée), le soutien de mon mentor m’a permis de rester motivée et de compléter la formation. Et puis j’avais une échéance de fin à tenir aussi !

Quelles ressources ou techniques d’apprentissage proposées par Tuto.com as-tu trouvées particulièrement bénéfiques ?

Les vidéos de formation ont été essentielles ; leur accessibilité et la possibilité de revenir dessus à tout moment sont très précieuses, même après la fin de la formation. J’y suis même retournée aujourd’hui d’ailleurs. 😅 J’avais un document dont j’avais besoin et dont je me rappelais. Je ne l’avais pas enregistré et donc j’y suis retournée. C’est chouette d’avoir accès aux ressources aussi longtemps après la formation.

Le slack m’a été super bénéfique également parce que si je coinçais sur quelque chose, je savais que je pouvais aller poser mes questions. J’avais des réponses dans l’heure, voire dans la journée. C’est chouette également de voir ce que les autres font et de voir qu’on est pas la seule à galérer parfois. 😂

Et enfin d’avoir le mentor ca m’a beaucoup aidé, surtout en fin de parcours.

Quels étaient les aspects de Photoshop et Illustrator que tu trouvais les plus intimidants avant de commencer la formation et comment as-tu vaincu ces obstacles ?

Photoshop était un peu pour moi ma bête noire. J’ai passé beaucoup de temps sur le logiciel mais pour moi, la retouche photo n’est pas le cœur de mon métier et ça ne le sera pas. Donc je ne suis pas non plus allée très très loin. 

Par contre Illustrator, j’étais très curieuse et c’est vraiment là dessus que j’ai passé le plus clair de mon temps. Je savais que c’était vraiment l’outil qui était le plus important pour moi ; pour après, pour la création de logos, pour créer des visuels, etc. Et il était intimidant. Mais j’étais hyper curieuse et j’étais super contente d’apprendre à faire des choses simples, peut-être pour certains, mais de mon point de vue j’ai beaucoup apprécié ces modules là. 😍

Comment le mentorat d’Olivier Krakus a-t-il influencé votre projet de fin de parcours sur la charte graphique de Miss Mistral ?

Olivier a été une source de réassurance et de soutien crucial, particulièrement dans les phases finales de la formation. Il m’a aidé à relativiser et a su me rassurer. 🙏

Tout comme à la soutenance. Je n’étais pas stressée comme à la FAC, ce n’est pas du tout le même jugement.

Voici un aperçu de la charte graphique réalisée par Sandrine (il suffit de cliquer sur l’image)

 

En découvrant ton site Miss Mistral, on ressent une signature esthétique très personnelle. Comment les cours en ligne t’ont-ils permis de peaufiner ton style ?

C’est gentil de le voir et de le signaler. Je pense que les cours m’ont ouvert les yeux d’un point de vue créatif. Ils m’ont permis d’élargir ma perspective créative et de développer une identité visuelle distincte pour Miss Mistral, en soulignant l’importance d’un style graphique qui me soit propre et reconnaissable.

Quand on voit quelque chose aux couleurs de Miss Mistral, on pense à Miss Mistral. C’était quelque chose qui était important pour moi et que je voulais aussi prôner et montrer à mes clients. 🥰

Avec ton expérience actuelle et la formation complétée, comment décrirais-tu ton approche du design graphique maintenant, par rapport à « l’avant formation » ?

Alors clairement, rien à voir. La formation a grandement renforcé ma confiance et ma légitimité en tant que graphiste.

Même si je sais qu’il y a toujours des gens qui seront bien meilleurs que moi, je pense que j’apprends à mon niveau, petit à petit. Mais clairement, je ne sens beaucoup plus à ma place.

Je pense que cela aide de pouvoir échanger avec des professionnels du milieu. En plus je sais en plus que si je coince, (ça m’est arrivée de coincer), j’ai maintenant des personnes que je peux contacter. J’avais recontacté Olivier Krakus une fois sur sur un questionnement que j’avais par rapport à un client. Et ça, c’est une chance de savoir qu’on est pas toute seule.

D’un point de vue technique, je vais aussi beaucoup plus loin par rapport à ce que je pouvais faire avant. Sur la création et sur ma créativité.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui, comme toi, travaille en salariat et souhaite suivre une formation en ligne tout en envisageant un projet personnel ambitieux ?

Il est crucial de bien évaluer l’engagement en termes de temps et de s’assurer de la faisabilité du projet. L’importance de la recherche et du dialogue avec l’équipe de formation Tuto.com et la communauté d’anciens élèves est primordiale. La formation en ligne offre une flexibilité indispensable, surtout pour celles et ceux qui, comme moi, jonglent entre responsabilités professionnelles, familiales, et le désir de se reconvertir ou de perfectionner leurs compétences.

Donc ça a été une grosse année pour moi, mais aucun regret. Et puis l’équipe de Tuto.com est là pour nous épauler. Pour moi, ça a été le format idéal. Je ne pouvais pas me rendre dispo en physique et clairement, je préfère faire une formation de chez moi.


Un très grand merci Sandrine pour ce passionnant entretien. On te souhaite plein de belles choses pour cette carrière pétillante et colorée de Miss Mistral et vous pouvez aussi la retrouver sur Instagram : @miss_mistral😍

(1133)