Aujourd’hui, on ne vous cache pas que c’est avec beaucoup de fierté qu’on vous dévoile la jolie histoire de Jérémy, aka Kiklox, qui salarié chez Ubisoft a choisi de se former sur Tuto.com.

On vous prévient, son CV est impressionnant ! Mais il vous explique très simplement son parcours pour en arriver au métier de Senior Technical Manager mais aussi son envie de suivre notre formation Motion Designer. En bonus, il nous a même partagé quelques tips pour réussir à vendre ses projets.

Un joli témoignage qui nous prouve que la formation nous concerne toutes et tous. 👊

Bonjour Jérémy, pour commencer cette interview on aurait aimé que tu puisses te présenter et retracer un peu ton parcours pour nos lecteurs qui vont te lire.

Bonjour, je m’appelle Jérémy de Benedictis, aussi connu sous le nom de Kiklox que ce soit dans ma vie professionnelle (et notamment la partie freelance) que dans ma vie de gamer. 🙂

La réalité, c’est que ce surnom date d’une époque lointaine (2000 pour être exacte) où, du haut de ma douzaine d’années, je passais mes journées à regarder en boucle les trilogies Star Wars et Retour vers le Futur. Mais pas que ! Plus que mes connaissances du monde du cinéma populaire, que j’aiguiserais dix ans plus tard dans une école de cinéma à Marne-la-Vallée, j’occupais majoritairement mon temps sur une console Nintendo, ou bien découvrais les méandres de la vie d’adulte (métro-boulot-dodo) avec Shenmue sur Dreamcast. En bref, le jeu vidéo était en moi depuis tout petit, ayant démarré avec l’Amstrad CPC 464 et Fruity Frank, cette passion n’aura de cesser de me guider et faire de moi qui je suis aujourd’hui.

Fort d’années d’expériences dans la rédaction de tests et autres articles de jeux vidéo au sein de l’association Jeux-Difference et du site d’actualité Nintendo-Difference (où j’apprends au passage, à utiliser Photoshop 6.1 😁), je décide rapidement qu’il est grand temps de passer à la vitesse supérieure. Après un cursus en école de cinéma, je me spécialise dans les arts graphiques sur une troisième année de licence qui me donnera goût à la programmation et au design de manière générale.

J’apprends à filmer, à utiliser After Effects et Premiere – quitte à faire trémousser les professeurs de l’époque qui ne juraient que par Avid – et je m’engage ensuite dans un Master Marketing & E-Business au sein du groupe INSEEC pour donner un sens à mes connaissances techniques. Le management, la finance, tout est bon à prendre pour trouver un moyen de faire ce que j’aime.

Je commence ensuite mes premières expériences en entreprise, essentiellement en gestion de projets. De Disneyland Paris à Ubisoft, mon activité principale sera de gérer des équipes de développement, que ce soit dans le web, le mobile ou bien le jeu vidéo. Le métier de Technical Manager grandi en moi de manière naturelle – et c’est surprenant, pour un ancien bac littéraire ! – au point où arrive vite cette envie de ramener le design au cœur de mes projets, ou en à-côté.

Je me lance en 2014 dans l’auto-entrepreneuriat et commence à me monter un portfolio et un carnet de clients au point où, à ce jour, j’ai l’impression d’avoir deux vies en une. Kiklox, mon surnom, devient aussi le nom de mon entreprise et celui que j’appose sur les créations qui sortent de ma tête. Mais non content de faire du web design, de la photographie, des vidéos ou des chartes graphiques à foison, je sens qu’il manque une grosse corde à mon arc.

Et c’est là que Tuto.com rentre en jeu, quand la Covid commence à répandre son ombre sur le monde, je créé une chaîne Youtube pour m’amuser qui s’appelle Les Mondes Impossibles. Mais limité par mes connaissances techniques en 3D, je ne peux pas faire les contenus que j’ai en tête. Je me retrouve à buter bêtement devant un fichier .OBJ ou .MTL et ne pige rien face à l’interface d’un logiciel 3D. Je me décide alors à franchir le pas, avec un parcours Tuto.com qui changera à jamais ma vie : la formation Motion Designer. 😍

Bon clairement, ton CV est impressionnant. Alors on a une question. Pourquoi avoir choisi Tuto.com pour te former ?

Tuto.com à vrai dire, je connais de longue date avec mon premier tutoriel acheté en mars 2015. J’ai souvent attendu par le passé, les bonnes opportunités pour me former sur des besoins précis avec Tuto.com. Des choses bêtes en premier lieu, comment animer ci-ou-ça, mais mes recherches ont toujours tourné autour du Motion Design aussi loin que je m’en souvienne. L’un de mes premiers achats était d’ailleurs un tuto Motion Design par Antoine Chartier, publié en 2014 !

Je savais que les formations chez Tuto.com étaient toujours de très bonne factures, que les contenus étaient régulièrement mis à jour avec les nouvelles versions logicielles. Quand l’occasion chez Ubisoft de déclencher mon crédit CPF est arrivée, ce fut la chose la plus évidente que j’avais à faire, il fallait que je suive un véritable cursus de Motion Design, surtout que le parcours proposé par Tuto.com avait aussi une grosse partie dédiée à la 3D avec Cinema 4D et Cineware.
J’avais aussi eu des échos du collectif derrière le tutoriel, échos qui étaient tous excellents. C’est ainsi que commença ma formation, sans transition ! 😊

Tu as pu avoir Damien et Kévin du Collectif Team8 comme mentors dans ta formation Motion Design. Qu’as-tu le plus apprécié dans vos échanges ? Est-ce qu’ils t’ont apporté un nouveau regard dans ton travail ou t’ont permis de prendre du recul ?

Le collectif déjà, dans son ensemble, est une superbe structure. Dès mon arrivée dans la formation – et rappelons-le, en plein Covid – je suis accueilli par Kévin qui me donne accès au serveur Discord de Team8. Un Discord qu’aujourd’hui encore j’utilise et qui regorge de personnes de talents. Tous les gens présents sont bienveillants, une mention spéciale à Wist qui aura été mon 3ème mentor et avec qui je garde de vrais contacts aujourd’hui. Et c’est sans compter les créations partagées, les feedbacks sur ses propres créations, qui poussent à toujours s’améliorer.

Damien et Kévin ont su me mettre à l’aise, ainsi que toutes les personnes présentes dans la formation, sans imposer le moindre mauvais stress. La formation a duré plusieurs mois, des mois où j’avais constamment des check-ups pour vérifier mon avancement sur le projet de parcours, sur ma compréhension de l’ensemble des tutoriels… Je n’étais donc jamais seul et cela m’a donné la force d’aller jusqu’au bout ! 🙌

Ton objectif final était de créer ton activité et d’approfondir notamment tes connaissances sur Cinema 4D et After Effects. La formation a répondu à tes attentes ?

J’avais déjà une activité, à cette époque mon entreprise s’appelait la J Agency et se focalisait essentiellement sur de la création 2D statique, du print, de la photo… A la fin de ma formation avec Tuto.com, tout a changé.

J Agency est devenu Kiklox, une façon plus assumée de dire que c’est moi et c’est ce que j’aime faire. Et puis littéralement, mes créations ont davantage pris la direction de l’animation et de la 3D.

Cette formation aura su ouvrir des perspectives que je n’aurais jamais cru pouvoir atteindre auparavant. 😍

Sur quel(s) type(s) de projets tu travailles avec Ubisoft ? Parce que ton job en fait sûrement rêver plus d’un, tu peux nous décrire une journée type ?

Chez Ubisoft, une journée type de Senior Technical Manager, c’est avant tout se préparer au fait que la journée de demain ne sera jamais la même que la journée de la veille.

Travailler avec les équipes de développement à la fois sur les jeux et sur les services transversaux impose de savoir jongler, que ce soit dans les objectifs à atteindre qui peuvent varier, dans la méthodologie qui elle aussi varie d’une équipe à l’autre, mais surtout savoir jongler techniquement. Si la gestion de projet est avant tout un travail de coordination et de dialogue – parfois « politique » – avec les différentes personnes associées de près ou de loin dans un projet, mes journées se centrent essentiellement sur la technique.

Consulter les besoins, s’assurer de la faisabilité et estimer les coûts et délais, suivre le développement du projet, les équipes de développement, de design UI/UX, faire le relais avec les stakeholders, s’assurer des livrables…
Mais ce qui est certain, c’est que les projets menés étant parfois directement implémentés dans les jeux, il faut toujours s’assurer de se mettre dans les baskets du joueur qui aura la manette entre les mains. Une chose qu’il est plus facile à faire quand on est soi-même un gros gamer ! 😎

Quand on découvre ton site, on est impressionné par la quantité et la qualité de ton travail. D’où te viennent toutes ces inspirations ?

Honnêtement, aucune idée. Je dirais que les inspirations viennent de ces films et jeux que j’ai regardé ou joué étant plus jeune. De séries TV que je regarde et m’inspirent. Ou bien des artistes que je suis et qui sont tous plus formidables les uns que les autres.

Mais à chaque fois, c’est un peu le syndrome de la page blanche. J’ouvre Cinema 4D par réflexe. Et je me lance dans la création d’un cube. Puis d’un autre. Puis je créé une forme et je me dis « Tiens, en fait ça serait pas mal si c’était le centre commercial Starcourt de Stanger Things ! ».

Tu nous présentes le projet dont tu es le plus fier ? :)

Je pense que ce serait le centre commercial Starcourt de Stranger Things justement. Car j’y ai mis tout mon cœur. De commencer par observer l’actuel centre commercial (qui existe !) sous toutes les coutures en photos, puis la version de Stranger Things, bien qu’il n’y ait pas tant de photos de bonne qualité sur le web. Puis un dessin ou un croquis sur un carnet à côté de moi, pour l’imaginer de face, de haut, de côté.

Et vient Cinema 4D, où je créé essentiellement la structure en différents modèles. Je créé un objet que je peaufine au maximum, puis, un-à-un, je les assemble et cela me donne le résultat final. En général, la modélisation et la création des UVs est ce qui me prend le plus temps. Ensuite je passe le tout sous Substance Painter pour y apposer des textures que je crée de zéro, que je converti ensuite en matériaux. Ces matériaux permettront de simuler le rendu des textures sur le modèle une fois que le moteur de rendu est lancé, ici Octane Engine.

Une fois que le travail 3D est chose faite, je passe sur After Effects, pour mettre en vie l’environnement et créer une boucle vidéo du centre commercial. N’étant pas musicien et si un ami compositeur n’est pas dans les parages, je génère une musique aléatoire avec AIVA et l’ajoute à la composition. Et tadam, c’est exporté, c’est fini !

Ce projet me rend fier car j’avais bien pris le temps de polir chaque élément. Ce qui n’est pas toujours le cas malheureusement selon le temps et l’envie.

Vous avez d’ailleurs la possibilité de le retrouver sur Sketchfab pour celles et ceux que le projet intéresse 😉 : https://skfb.ly/oxJxr

Un autre projet dont je suis fier, qui pourtant est bien plus simple sur le papier, est celui des Juice Boxes animées, qui ont servi de couvertures pour de nombreuses musiques Lo-Fi sur Spotify et consort. Un mélange de 3D, utilisant Cinema 4D et la connexion Cineware avec After Effects, un véritable condensé de ce que la formation Tuto.com m’aura appris à maîtriser !

C’est la problématique pour bon nombre de freelances. Tu aurais des tips à nous donner pour faire connaître son travail et réussir à le vendre au bon prix ?

Il faut produire. Constamment. Et n’hésitez pas à communiquer, sur tous les réseaux, de Behance/Artstation à Instagram/Vero, il faut être partout. C’est un peu chronophage mais des solutions centralisées existent pour vous éviter de faire 10 fois le travail pour le nombre de réseaux sociaux existants. (coucou les copains Swello😉)

N’ayez pas peur de démarcher des clients aussi, des messages directs fonctionnent souvent, mais le bon vieux mail peut aussi servir. Une fois que vous avez réussi à attirer l’attention d’un potentiel client, faites lui une proposition intéressante, faites un prix package sur son besoin, de sorte à ce qu’il soit engagé sur une période avec vous. Lui vendre par exemple 3 animations à un prix divisé par deux au lieu d’une seule au plein pot. Et surtout, surtout, fidélisez votre client en lui proposant des prix attractifs au début. Vous aurez vite l’occasion par la suite de réhausser vos prix. En somme, appliquez la stratégie Netflix ! Vendre des abonnements pas cher, fidéliser, monter le prix des abonnements. Vous perdrez peut-être quelques clients, mais les plus fidèles resteront et vous pourrez produire pour plus cher, avec moins de quantité. Un meilleur ratio rendu/qualité de vie en somme. 😊

Enfin, une question essentielle pour nous. Que penses-tu de l’idée de se former tout au long de sa vie ? Et combien de temps consacres-tu à te former en moyenne ?

La formation ne doit jamais cesser. C’est aussi pourquoi en vie professionnelle, je me force à changer de position ou d’entreprise tous les 3 ans maximums. Le confort c’est important, mais il faut savamment le doser dans sa vie, sinon on se retrouve vite à faire tous les jours la même chose.

Pour la formation, c’est exactement la même chose : donnez-vous du temps pour découvrir des choses que vous n’auriez jamais suspecté pouvoir faire. Apprenez de vous-même. Constamment !

Globalement, je dirais que je passe quasi un jour sur deux à suivre des tutoriels ou apprendre du travail des autres en regardant comment ils ont fait. Mon métier principal le requiert, mon freelance aussi. Et la technologie évoluant de plus en plus vite, c’est aussi un bon moyen de garder le pieds à l’étrier !


Un très très grand merci à toi Jérémy pour ton joli témoignage qui nous booste, nous aussi, à donner le meilleur pour vous permettre d’acquérir toujours plus de nouvelles connaissances.
Vous pouvez suivre la suite de son travail sur son site Kiklox, son Artstation ou encore son Instagram !

Et on termine avec ces quelques projets que tu as gentiment bien voulu nous partager et dont on est tout aussi fan ! 😍 (PS : n’hésitez pas à cliquer sur les images pour voir les projets sous toutes les coutures)



(284)