Page 10 sur 28

Indesign et la génération de QR Code

Indesign QR Code

Adobe Max approche à grands pas, et Adobe distille les sneak peak ces derniers jours. Aujourd’hui, une vidéo montrant l’ajout de la fonctionnalité de génération de QR Code dans Indesign. Le QR Code est en effet de plus en plus utilisé dans le milieu du print. Vous pourrez donc en générer directement dans le logiciel et pourrez décider du type de QR Code désiré (ainsi que son aspect graphique) :

  • Un lien hypertexte
  • Du texte
  • Un email
  • Une carte de visite

Ces fonctionnalité sera présente (avec d’autres) dans la prochaine version d’Indesign qui sera accessible via le Creative Cloud d’Adobe.

Modo 701

Modo 701

Modo 701 est sorti il y a quelques semaines déjà, mais nous n’avions pas encore accordé d’article à ce logiciel 3D assez méconnu, mais qui, au fil du temps, à réussi à s’armer de fonctionnalités très séduisantes. Certains experts pensent même que Modo sera l’un des logiciels 3d incontournables de demain. Petite découverte…

Un peu d’histoire sur Modo

C’est en 2004 que la première version de Modo a vu le jour. Derrière ce logiciel, pas n’importe qui : Brad Peebler. Son nom ne vous dit sans doute pas grand chose, mais il s’agit en fait de l’un des concepteurs de LightWave 3d (un logiciel qui ne fait plus trop parler de lui depuis quelques temps à l’instar de Cinema 4D ou encore Blender). Brad Peepbler fonde donc la société Luxology et est vite rejoint par d’autres membres de l’équipe de Lightwave 3D. Le studio Digital Domain, sera être le premier à utiliser Modo dans son flux de production. D’autres suivront très rapidement (notamment Pixar).

En un peu moins de 10 ans, les versions de Modo s’enchainent. En 2006, le magazine MacUser UK lui attribuera même le prix du Meilleur soft de 3D et d’animation ! A ses débuts simple modeleur, les créateurs de Modo sont venus enrichir le logiciel de fonctionnalités, et notamment la sculpture, un meilleur moteur de rendu, l’animation, les poils et cheveux, les particules, un éditeur nodal et même le support de Linux et de Python (pour scripter le logiciel).

Récemment, The Foundry (Nuke) et Luxology ont annoncé un rapprochement stratégique (qui nous fait bien entendu penser au rapprochement entre Adobe et Maxon avec leurs logiciel After Effects et Cinema 4D, concurrents de Nuke et de Modo).

Les nouveautés de Modo 701

Voici donc les principales nouveautés de Modo 701 :

  • Tout d’abord : une meilleure performance globale et pas mal de simplifications pour un worflow plus rapide.
  • Un moteur de particules procédural (je vous invite à visionner ce tuto modo 701 qui parle justement de cette fonctionnalité, présenté par Marc Hermitte)
  • Un éditeur de canal audio
  • Une couche dédiée à la simulation de physique
  • Rendu réseau illimité
  • Compatibilité avec Linux qui fait de modo un logiciel multiplateforme.

En conclusion :

Il n’y a que très peu de ressources actuellement disponibles en français sur ce logiciel (on peut quand même citer Modology) , mais mon petit doigt me dit qu’on devrait voir la communauté du logiciel s’agrandir, notamment grâce son rapprochement avec Nuke. Son prix (un peu plus de 1000 euros) est également un bon atout face à 3ds Max et Maya par exemple. En attendant, vous pouvez retrouver quelques formations Modo sur le site.

Si vous avez déjà testé le logiciel et que vous avez un retour d’expérience à partager, il est le bienvenu en commentaire !

Quelques images réalisées avec modo :

Photoshop CC : Oh mazette, c’est net !

Après un plan de com parfaitement ficelé précédant la sortie de la version CS6 et plusieurs mois d’attente insoutenable et de doutes (beaucoup) , c’est finalement Photoshop CC qui, c’est net, intégrera l’outil ultime (qui calma tout le monde à l’Adobe Max 2012) : le filtre anti-flou. Le fameux.

En gros, plus la peine de corriger vos déviances oculaires (diverses et variées) ou de tempérer vos troublantes émotions (en certaines circonstances), Photoshop CS7 le fait pour vous. Une intervention d’un seul clic, ou presque. En pratique et pour rappel, le logiciel s’appuie sur un algorithme qui détermine les mouvements de l’appareil photo à l’origine du flou au moment du shoot.

La technique au secours des défaillances (ou des parts d’ombres !) humaines. Comme Dieu, un peu.. Aussi, définitivement délivrés de l’entrave de notre propre corps et lavés de nos pêchés, ne reste plus qu’à se concentrer sur l’acte créatif. Totalement. Une chose que les technologies ne nous voleront pas ! Pour l’instant..

Bref, et comme tous les Sneak Peeks promotionnels d’Adobe, celui-ci est, comment dire.. Plutôt convaincant ! Mazette !..

Gagnez tous les tuto de Bugs59 !

bugs59

Pour fêter ses 1 an de plus sur le site, un de nos formateurs Bugs59 (que vous pouvez suivre sur sa page Facebook et ainsi avoir des news sur ses prochains tuto et même un support pour tous ceux qui auraient des questions à lui poser), a décidé de faire un heureux ou une heureuse en lui offrant l’ensemble de ses tuto, soit 38 tuto sur des logiciels aussi variés que Photoshop, Blender, Camera Raw et j’en passe.

Pour participer, c’est très simple, il suffit de laisser un commentaire ici-même. Le gagnant sera tiré au sort vendredi.

Bonne chance à vous et soyer nombreux !

 

Lightroom 5 Bêta, c’est maintenant !

lr5-beta

Lightroom 5 Bêta :

Moins d’un an seulement après version 4, Adobe nous propose de télécharger Lightroom 5 dans sa version bêta publique, et donc un avant-goût des nouveaux outils et fonctionnalités d’embarquera la version finale.

Pas d’évolutions majeures dans le moteur de rendu ou ses fonctions d’édition, comme Lightroom 4 nous l’avait proposé à sa sortie ; celles-ci restent inchangées. En revanche, Lightroom 5 offre des outils et fonctionnalités particulièrement intéressants et novateurs portant, autant sur l’optimisation du flux de production que dans la façon même d’envisager la flexibilité (dans le bon sens du terme) du travail, collaboratif ou en mobilité. Parmi ces nouveautés les plus notables :

 

Le correcteur avancé (Advanced Healing Brush) :

Cet outil, sorte de tampon « augmenté » qui n’est pas sans rappeler à certains égards la fonction « Contenu pris en compte » de Photoshop CS6, permet de supprimer ou corriger très facilement les imperfections d’une image ou, tout simplement, y faire disparaitre un élément indésirable ; ceci en peignant simplement la zone concernée. L’algorithme a d’ailleurs été entièrement revu à cette occasion. Les options d’opacité permettent d’appliquer les effets et corrections en douceur ou d’affiner le résultat après que ces modifications aient été apportées (particulièrement adapté pour la retouche des portraits).

lr5-brush

Selon le type de correction à effectuer, les différents modes d’affichage disponibles, permettent, quant à eux, de visualiser efficacement certaines imperfections de votre image quasi invisibles (poussières dans le ciel ; voir Sneak Peek ci-dessous). Comme tout le reste, les modifications sont appliquées dans Lightroom sont non destructives.

 

L’ajustement Radial (Radial Gradient) :

Une autre nouveauté très marquante de Lightroom 5, cet outil va vous permettre de créer des effets excentrés de vignettage. D’appliquer, en d’autres termes, des effets d’éclairages combinés sur certaines zones de votre image avec précision pour en accentuer ou modifier la lecture. Un outil assez proche, dans son utilisation, de l’outil de flou dynamique apparu sous Photoshop CS6. Il hérite, par conséquent, de l’utilisation est particulièrement intuitive de ce dernier : il suffit de cliquer l’outil, faites glisser un ovale, et effectuer les réglages ; de modifier la taille et la forme de l’ovale ; d’augmenter ou atténuer l’effet avec le curseur de contour progressif, etc.

lr5-radial

 

L’outil de redressement automatique (Upright) :

Lightroom 5 va vous permettre, avec cette nouvelle fonctionnalité, de redresser automatiquement les lignes horizontales ou verticales et de corriger les effets de distorsion de votre photo. Ce nouvel outil analyse l’image à traiter et y détecte automatiquement les perspectives. Plusieurs options sont disponibles depuis le nouvel onglet des corrections d’objectif. Celles-ci vous offrent la possibilité d’ajuster plus précisément les corrections en fonction des spécificités de votre photo (auto, niveau, vertical, complet). Certaines d’entres elles demanderont sans doute un ajustement manuel pour un résultat optimal. Toutefois, cet outil vous permettra, de manière général, de gagner de précieuses minutes et d’éviter un passage, jusqu’à présent obligatoire, sous Photoshop. L’outil se voit compléter par d’une nouvelle grille sur la vue loupe, accessible également en Module Développement, ainsi que par la possibilité de placer librement des repères verticaux et horizontaux sur la zone de travail.

lr5-redresse

 

Aperçus dynamiques (Smart Previews) :

Le système d’aperçus dynamiques de Lightroom 5 se montre particulièrement innovants car offrant de nouvelles perspective dans le mode de production photographique. Grâce à cet nouvel outil, vous allez pouvoir développer vos photos « à distance » en travaillant directement sur les aperçus générés (en format DNG) par le logiciel sans avoir besoin de vos fichiers originaux, souvent très volumineux. Idéal dans un contexte de mobilité ; on imagine, en effet, assez bien les possibilités offertes ici combiné à un système de sauvegarde de données en ligne (Adobe Cloud, ou Dropbox..). Ainsi, de « retour de la maison », les réglages et autres modifications effectués, lors de vos déplacements, seront appliqués automatiquement à vos images RAW. Toutefois, il vous sera possible d’exporter ces aperçu « allégés » en l’absence des fichiers originaux (export web, par exemple) ou effectuer des impressions (sans perte notable de qualité). En moyenne, les aperçus dynamiques générés représentent moins de 15% de la taille d’origine pour une qualité d’image quasi identique (même à 100%).

 

Autres apports intéressants de Lightroom 5 :

Parmi les autres nouveautés signalées par Adobe, notons la fonction Diaporama permettant de combiner images, vidéos et musique dans un diaporama créatif HD ; les améliorations apportées au module de livre, avec la possibilité de personnaliser les pages de façon plus poussée sans pour autant offrir des options d’édition de texte optimale.
Signalons également le très attendu depuis longtemps, Lightroom 5 permet la compatibilité des fichiers PNG ou encore la présence d’un vrai plein écran pour consulter vos photos.

Comme pour Photoshop CS6, Lightroom 5 s’appuient sur la nouvelle politique d’Adobe incluant les utilisateurs dans les phases de développement de ces logiciels. Vous pouvez contribuer à son amélioration ici : http://forums.adobe.com/community/labs/lightroom5/

 

Cette version bêta de Lightroom 5 sera disponible en téléchargement gratuit, jusqu’au 30 juin 2013. Dernier Délai.

 

Et découvrez également la formation gratuite de Julien Pons sur les nouveautés de Lightroom 5 Bêta ; 45 min pour un tour d’horizon de toutes ces nouveaux outils et fonctionnalités que nous réserve la prochaine version Du logiciel de développement numérique professionnel !

 

L’exposition expliquée par Canon

Canon Exposition

Voici une belle initiative lancée par Canon. Le site Canon outside Auto (comprenez, « sortez des sentiers battus et surtout du mode automatique de votre réflex » – oui, tout ça!) se charge de vous expliquer de manière simple et ludique, comment prendre de belles photos et surtout de vous aider à comprendre comment fonctionne l’exposition.

 

Grâce à une interface interactive, vous pourrez tester différentes combinaisons de réglages et réaliser LA photo idéale. Ouverture, vitesse de l’obturateur, sensibilité ISO, posemètre, tout y passe. Une fois l’outil en main, vous pourrez même participer au mode « Challenge », dans lequel vous devrez reproduire un certain nombre de photos.

Pour aller plus loin dans la formation photo :

Pour aller plus loin dans l’apprentissage de la photo, nous vous proposons un large choix de formations photo sur le site, comme :

 

Dossier Responsive Design – Etat des lieux

rwd-img2

Responsive Design

État des lieux chiffré et prospective

 

La mobilité ; le web et les nouveaux usages

Le Responsive Design ne peut s’appréhender sans la notion même de mobilité et l’évolution des supports/média qui en sont liés, puisqu’en se définissant comme un ensemble de solutions techniques adaptées à ce nouveau contexte, une nouvelle norme presque, il en est sa conséquence directe. Aussi, avant de s’intéresser plus précisément à ses aspects techniques, il nous semblait important d’étudier, dans un premier temps, les grandes tendances des comportement associés à de nouveaux dispositifs mobiles.

 

Mettre en relief un ensemble d’indicateurs qu’il ne faut pas négliger au regard des évolutions structurelles profondes que la mobilité engendre autant que les perspectives de croissance importantes qu’en synthèse la plupart des études s’accordent à présenter.

 

Un rapide état des lieux qui a pour objectif, d’une part, de mieux comprendre la manière dont la mobilité redessine le paysage, présent et à venir, d’Internet (dans ses usages) et, plus globalement, de l’accès à l’information. Et, d’autre part, de permettre, d’entrevoir les possibilités et les enjeux inhérents aux différents champs d’application du web (technique, ergonomique, économique, marketing, communication cross media,etc.) et à ses acteurs.

Ceci, non dans le but de convaincre de la nécessité d’intégrer de façon péremptoire le Responsive Design à ces projets et stratégies. Mais de mettre en relief un ensemble d’indicateurs qu’il ne faut pas négliger au regard des évolutions structurelles profondes que la mobilité engendre autant que les perspectives de croissance importantes qu’en synthèse (car dans les détails, les intérêts et objectifs divergent parfois) la plupart des études s’accordent à présenter.

rwd-ventes

Des dispositifs mobiles, seront bien sûr écartés les « features phones » pour ne s’intéresser qu’aux tablettes et smartphones. Pour plusieurs raisons. D’abord, parce que si ces derniers ne représentent encore que 18% du total des terminaux en usage, ils constituent environ 85% du trafic web mondial (selon Cisco). Ensuite, pour la place prépondérante et croissante qu’ils occupent et par les innovations technologiques, le volume de données échangées, la vitesse de connexion ou les opportunités économiques qu’ils entrainent. Selon Luke Wroblewski (Mobile First), le nombre des smartphones vendus dans le monde a d’ailleurs dépassé celui des ordinateurs, depuis 2010 ; précédant de 2 ans « les prévisions les plus audacieuses ». A peu près à la même période, l’échange de données mobiles devançait le trafic vocal.

Si les raisons sont sans doute multiples (cycle de vie plus court, baisse des prix, amélioration des réseaux de bande passante, objet transitionnel et central de nos sociétés modernes, ou un accès sans cesse renouveler et évoluer de son moi augmenté, etc.), ces premiers chiffres témoignent déjà, à lui seul, de la portée de cette révolution et des enjeux à venir, laissant présagé que les smartphones (et tablettes, dans une moindre mesure) pourraient devenir le premier moyen d’accès au web en 2013. Et, comme le souligne Comscore, « la prolifération des appareils connectés à internet conduit sans aucun doute à la fragmentation de l’environnement du média digital ».

 

Le trafic web mobile

S’il est vrai qu’en terme de volume, l’Internet traditionnel (desktop) reste toujours loin devant le web mobile, ce dernier ne cesse de progresser : 10% environ aujourd’hui contre 4% en Décembre 2010 et seulement 1% en Décembre 2009. Dans de nombreux pays, le trafic Internet mobile a triplé en moins de deux ans. Ceci malgré une disparité notable : en Asie, la part du web mobile représente 18 % contre 15% en Afrique, 8% en Amérique du nord et 5% (près de 8%, si l’on inclue les tablettes) en Europe.

 

Si le trafic Internet mobile est naturellement plus exacerbé et homogène des les pays émergents, il existe des disparités de consommation bien plus marquées dans les pays développés en fonction des terminaux utilisés et des lieux de consultation.

 

Une différence qui s’explique principalement du fait que les pays émergents – chine, Russie, Brésil, Inde – privilégient largement le déploiement du réseau mobile, bien moins onéreux et complexe que les infrastructures filaires traditionnelles, initialement assez peu développées (au Ghana, par exemple, le trafic Internet mobile s’élève à 44%). Par ailleurs, précisons que la pénétration des usages numériques dans ces pays, déjà importante, progresse extrêmement rapidement ; Internet et les terminaux mobiles s’étant imposés comme des « outils très populaires de divertissement et de communication », avant même l’Internet traditionnel.
On constate, par ailleurs, que la répartition du trafic issu des appareils mobiles (smartphones et tablettes réunis) est également très hétérogène au sein même de l’Europe : 30% environ au Royaume-Uni contre 7,2% en France, (Comscore). Les taux d’équipement et de pénétration explique en grande partie cet écart. Aussi, comme le souligne Comscore, peut-on y voir des opportunités de croissance intéressante pour la France, quelque soit le domaine d’activité.

rwd-traficEmail

Dans ces perspectives, IDC, spécialisé dans l’étude des évolutions technologiques, prévoit notamment 2,1 milliards de terminaux mobiles connectés d’ici 2016 (3,4 milliards en 2015 selon Ericsson ; disparité également dans les prédictions, semble t-il ! Pour Cisco, c’est 10 milliards de devices mobiles connectés appareils en 2017. Bref…), dont plus de la moitié provenant des pays émergents (d’après une étude publiée par le cabinet de conseil Boston Consulting Group). De quoi redessiner en profondeur les modèles économiques autant que les domaines du marketing et de la communication, car il est à prévoir les contenus seront prioritairement créés pour ces marchés avant d’être adaptés aux marchés des économies développées (article : Going Global Means Going Mobile in Emerging Markets, Nielsen).

Pour l’heure, alors que le trafic Internet mobile est naturellement plus exacerbé et homogène des les pays émergents que les consommateurs connectés en Europe ou aux États-Unis, et que s’y affirment déjà quelques particularités culturelles et sociologiques (telle la manière – presque sans surprise parfois -, pour chaque population, de s’approprier cet objet statutaire dans la relation entre soi et les autres ; quelques particularités que nous aborderons dans une prochaine partie), les usages numériques restent, globalement, encore similaires. On constate, toutefois, des disparités de consommation bien plus marquées dans les pays développés en fonction des terminaux utilisés et des lieux de consultation.

 

Les nouvelles habitudes de consommer de l’information

Dès lors, comment s’orientent plus précisément les comportements des utilisateurs de terminaux mobiles dans tout ce trafic (de données). Là encore les statistiques divergent quelques peu (et nous renvoient plus que jamais, à la subjectivité de la réalité et l’interprétation qu’on lui donne ; autant d’ailleurs que la vérité…). Aussi, tenons-nous en, ici, principalement à une sorte de synthèse essentiellement alphabétique…

 

Un transfert d’usage tel qu’il aura d’ailleurs conduit Google à mettre le mobile au cœur de sa stratégie de développement.

 

Avec notre nouvelle capacité, que la démocratisation des appareils mobiles nous donnent, d’accéder partout et à tout moment à Internet, les manières de consommer l’information s’en trouve invariablement changées. En fait, l’utilisation de ce dernier n’a d’ailleurs jamais été aussi diverses, tant dans ses modes d’accès que dans ces usages. En résulte plusieurs tendances. On retient d’abord que 15% des ouverture d’emails s’effectue déjà via un appareil mobile, dont 70% (moyenne mondiale) sont des utilisateurs de smartphones. Malgré quelques disparités bien marquées (Inde, Turquie. Mobile Consumer Report, Nielsen) -, l’emailing constitue donc le principal moyen d’accès à internet, suivi par les réseaux sociaux (une activité quotidienne pour près de la moitié des possesseurs de smartphones, selon Comscore), le divertissement (musique, video ; l’audience du marché de la vidéo en ligne a affiché une augmentation de 110% sur mobile au cours de l’année 2012 contre 1% sur desktop, toujours selon Comscore. Pour Cisco, elle devrait représenter 2/3 du trafic mondial en 2017), le e-commerce où les terminaux mobiles se présentent avant tout comme un outil d’aide à l’achat (nous aborderons ce sujet plus en détail dans un prochain billet), et la recherche d’informations. Cette dernière a connu une croissance de plus 600 % sur téléphone mobile entre 2008 et 2011 ; un transfert d’usage tel qu’il aura d’ailleurs conduit Google à mettre le mobile au cœur de sa stratégie de développement.

rwd-motifs

Aussi, il semble qu’à mesure que les usages en mobilité gagnent en maturité, l’accès direct au web s’intensifie ; laissant présager que les applications mobiles n’en seront plus le principal point d’entrée. Pour l’heure, ces dernières restent, toutefois, largement dominantes pour de nombreuses usages (jeux, réseaux sociaux, sites d’actualités ou encore les applications sollicitant les capacités matérielles de l’appareil). S’appuyant sur un échantillon de 4000 sites, AT Internet enregistre, à ce titre, une hausse d’utilisation des applications de 57,5%, en France, sur le premier trimestre de l’année 2012 au détriment du trafic web « traditionnels ».
Difficile de dire, si cette croissance record provient d’un engouement particulier pour les applications, ou si ce succès est dû en grande partie au fait qu’elles ont compensé, jusqu’à présent, le manque de sites et services adaptés au web mobile.
Précisons néanmoins que, selon une récente étude réalisée par Médiamétrie (L’audience de l’internet mobile en France en février 2013), la répartition des accès à l’Internet mobile entre sites et applications reste stable : plus de 9 mobinautes sur 10 (92,2%) ont visité au moins un site sur mobile et plus de 7 sur 10 (77,7%) au moins une application.
Aussi, quelles que soient les technologies et les choix stratégiques qui en sont liées (question qui sera développée dans un prochaine partie), ces résultats témoignent, à nouveau, que le web mobile ne cesse de progresser et de fragmenter les usages.

 

La répartition du trafic web ; human connected day !

Car si l’on s’intéresse à la répartition du trafic web au cours des différentes heures de la journée en Europe, on peut remarquer (voir graphiques : Répartition du trafic) un écart d’utilisation notable entre les différents supports de consultation. D’une part, l’accès à Internet s’effectue via l’écrans nomades davantage le matin et dans le courant de la nuit de manière bien plus marquée. Aussi, l’ordinateur continue à être principalement utilisé le reste de la journée (entre 10H et 18h ; en bref, durant les horaires de bureau), laissant ensuite progressivement la place aux terminaux mobiles (peut-être, si l’on admet une économie numérique qui restent somme toute encore marginale au regard de l’économie mondiale, l’implication au travail en trouve t-elle profondément affectée !).

rwd-part-trafic

D’autre part, on observe que, si l’accès à Internet depuis les terminaux mobiles est de proportion égale le matin, l’écart entre ces derniers semble se creuser à partir de 18h. Les tablettes sont, en effet, plus directement à l’origine du trafic, en cours de la nuit ; ceci pouvant s’explique par le confort d’utilisation de ce support, une sorte compromis idéal entre la mobilité et la taille de l’écran. Peut-être cette différence vient-elle également des motifs mêmes de cet usage, davantage orienté (et adapté), à ce moment de la journée, vers des activités tels la lecture, la recherche d’informations ou le m-commerce.

Il est intéressant de constater, par ailleurs, que cette répartition du trafic web est globalement beaucoup plus homogène en France, à la fois dans l’utilisation de l’ordinateur en milieu de journée, ou dans l’écart d’usage des terminaux mobiles. Sur ce dernier point, il semble en effet que les mobilautes français utilisent plus majoritairement leur smartphone pour accéder à Internet, en soirée.

 

Des usages complémentaires

Devant ces tendances, il semble qu’apparaisse une complémentarité importante entre les différents supports des connexions : desktop, smartphone, tablettes mais également TV connectée.

D’abord, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les usages de l’internet mobile se font majoritairement à la maison. Ensuite, la progression du web mobile ne se fait pas au détriment de l’Internet traditionnel (selon Deloitte, 80% des données en circulation sur Internet continueront d’être générées par des ordinateurs personnels traditionnels) mais surtout au travers d’une augmentation du temps passé devant les écrans (26,9 heures, en moyenne, en Europe et une progression de 7% sur l’année 2012, selon Comscore).
De même, en s’attardant que l’évolution globale des ventes de supports informatiques (voir graphique), on observe que, loin d’être en déclin, les ventes d’ordinateurs continuent à progresser. Enfin, les usages de chaque supports diffèrent en fonction du motif et du contexte de consultation. Ce point sera abordé plus en détail dans un prochain billet, mais déjà, on remarque que l’accès à Internet via un ordinateur desktop s’effectue principalement dans un cadre professionnel (ressources, documentation, recherche d’informations et d’inspiration) ; le smartphone s’inscrit d’abord comme un outil relationnel (réseaux sociaux, emailing) et de recherche d’informations localisées en lien direct avec un environnement quotidien ; les tablettes, comme on a pu le voir, vont être davantage consacrées à la lecture, la recherche d’informations diverses (culture, actualité) et le m-commcerce, alors que la TV connectée servira avant tout à des activités de loisirs (jeux vidéo, films, programme en replay).

 

Des usages qui s’inscrivent, en tout état de cause, dans une consommation d’internet multi-écran (multi-canal) en fonction des besoins et du moment. Contribuant à enrichir l’expérience utilisateur et à gagner en interopérabilité.

 

Il est certain que tout ceci se modifiera à mesure que les avancées technologiques, l’offre de sites et services adaptés, le renouvellement du parc mobile (comme des générations d’ailleurs !), l’appropriation toujours plus grande et avisée des technologies par les individus, ou encore la vitesse de connexion, évolueront et s’étendra les espaces de stockage de données en ligne (le Cloud, le fameux !) ; chaque support devenant, avec temps, de plus en plus spécifique dans son utilisation.

 

L’impact de l’Internet mobile très haut débit

Le développement de l’Internet mobile n’est évidement pas dissociable du déploiement de la couverture réseau et l’accroissement de la vitesse de connexion ; deux facteurs déterminants qui, conséquemment, entraînent l’augmentation de la quantité moyenne de données transmises.
Aussi, à titre de comparaison, quand un smartphone actuel (équipé de la 3G et 3G+) permet un transfert de données mobiles 50 fois plus important qu’un téléphone cellulaire de base, chaque connexion en 4G génère en moyenne une consommation de données 19 fois plus forte que sur les technologies précédentes. L’augmentation de la vitesse de connexion a également un impact direct sur les habitudes de consommation (les réseaux étant plus rapides ; plus important est le nombre de sites visités ; plus grands également les occasions ou les motifs de consultation, pour lesquels les données vidéo devraient constituer l’essentiel du trafic web mobile) : le trafic généré sur une connexion 4G devrait être, dès lors, 8 fois supérieur à celui d’un appareil dépourvu de cette technologie (soit environ 29 Mbps, débit maximum réel observé en téléchargement par Clubic).
Ainsi, alors que la 4G ne représente que 0,9% des connexions mobiles actuelles, elle compte déjà pour 14% du trafic de données sur mobile, d’après Cisco. Cette même étude (L’évolution du trafic mobile de 2012 à 2017) prévoit que la 4G devrait assurer 10% des connexions et 45% du trafic mondial à l’horizon 2017.

rwd-connexion

Il est à noter que l’évolution des appareils mobiles est également un élément central, puisque de leur niveau de compatibilité aux réseau de très haut débit ou la performance des navigateurs proposés dépend également le développement et la démocratisation de l’Internet mobile. Un développement que mesure, d’ailleurs, Deloitte.
Car, malgré les immenses perspectives et opportunités qu’offre la 4G et un déploiement rapide du réseau (plus de 200 opérateurs dans 75 pays auront lancé un réseau 4G d’ici fin 2013 ; 300 appareils en 4G – smartphones, tablettes et clés de sécurité – devraient être disponibles à la même période), il est sans doute probable que la grande majorité des 1,9 milliards de mobinaute continue à utiliser la 3G et la 2.5G (10 % des Français, par exemple, ne savent pas à quoi correspond la 4G). Du moins, dans un premier temps… Le temps de l’appropriation, et de voir des offres et services opérateurs adaptés au grand public ou le déploiement des infrastructures dédiées. Il est d’ailleurs à craindre une tarification plus contraignante des transmissions de données via 3G ou 4G devant la très probable saturation des réseaux (un déficit de bande passante en 4G ayant déjà constaté aux États-Unis).

 

La résistance d’appropriation aux nouvelles technologies par les anciennes générations ; l’écart se creusant toujours plus vite devant ce flux ininterrompu et exponentiel des artefacts de la modernité.

 

 

Quelques nuances à cette fulgurance technologique

Il n’est pas besoin de toutes ces statistiques pour deviner que l’utilisation des mobiles est en train d’exploser. Il suffit déjà de voir combien le téléphone mobile est devenu un objet invariable du quotidien des individus, tout autant que la notion même de mobilité y occupe une place centrale ; toutes cultures et sociétés confondues. Seul subsistent l’ancrage des habitudes et la résistance d’appropriation, à des degrés divers, aux nouvelles technologies par les anciennes générations ; l’écart se creusant toujours plus vite devant ce flux ininterrompu et exponentiel des artefacts de la modernité.
Sur ce point, soulignons que cette fulgurance technologique peut être nuancée. En effet, tous les utilisateurs de smartphones n’ont pas les mêmes usages et tous ne connectent pas leur appareil à Internet. En réalité, la croissance du marché des smartphones est indépendante de celle des usages. Quelques chiffres significatifs : en France, par exemple, 23% (environ la moyenne mondiale) des possesseurs de smartphone ne l’ont jamais connecté à Internet, ne l’utilisant que pour téléphoner. Cette proportion atteint 28% en Allemagne ou au Canada.
On peut imaginer, en conséquence, que le choix d’un smartphone par la génération des 55+ (même proportion que pré-citée) se porte principalement sur des questions de conforts d’utilisation ou de fonctionnalités multimédia de l’appareil (photos) plutôt que les possibilités d’accès à Internet.

rwd-age

D’autre part, la place du desktop reste importante face aux appareils mobiles. De cette répartition des usages, on peut constater surtout l’émergence d’une écosystème plus complexe mettant en œuvre des interactions multiples entre les différents supports. Des usages qui s’inscrivent, en tout état de cause, dans une consommation d’internet multi-écran (multi-canal) en fonction des besoins et du moment. Contribuant à enrichir l’expérience utilisateur et à gagner en interopérabilité. En fait, l’apparition de nouvelles technologies ne font pas disparaître les prétendantes, mais permet au contraire à faire progresser l’ensemble.

 

Les solutions sont multiples, et le Responsive Design est sans doute au cœur de ces enjeux.

 

Il est à noter cependant que l’ordinateur desktop, et plus nettement les ordinateurs portables, de par l’utilisation courante qui en est faite par le plus grand nombre (moins professionnelle que tournée vers des activités de loisirs ou de simple consultation d’informations), cède sa place. Le choix des utilisateurs, en effet, devrait plus naturellement se reporter sur des terminaux mobiles, moins coûteux et plus adaptés à leurs usages, avec les années. De même, Deloitte estime que les pays émergeants feront directement le choix de s’équiper avec des smartphones ou tablettes. Principales raisons, évoquées plus haut : le prix plus abordable et les infrastructures du réseaux web mobile privilégiées à celles de l’Internet « traditionnel ».

 

De nouvelles formes et des nouvelles normes

Quoiqu’il en soit, impossible de nier l’évolution d’Internet et de l’impact de la mobilité autant sur l’ensemble des champs d’applications des métiers du web, sur les usages que sur la société elle-même. Une croissance de l’Internet mobile rapide et incontestable, qui rend compte d’une évolution structurelle durable.

Ces mutations appellent à d’autres formes et d’autres normes. Signe de ce changement de paradigme : ce revirement stratégique de grande ampleur de la part Google, où aucun projet n’est pensé sans être conçu prioritairement dans sa version mobile. Difficile dès lors d’échapper à cette nouvelle réalité quelques soient les domaines (e-commerce, musique, vidéo…). Aussi, il convient pour eux de s’adapter. Au-delà des conditions d’accès et de consommation de l’information, il s’agit également de repenser la communication ou le marketing, notamment, à ces nouveaux supports dans une logique cross-media cohérente. Les solutions sont multiples, et le Responsive Design est sans doute au cœur de ces enjeux.
Peut-être la généralisation de 4G permettra finalement d’écarter les principales réticences (tel que le temps de chargement des pages ou le temps de latence par exemple.) à une adoption marquée au Responsable Design.

Toutes ces notions seront bien entendu traitées dans les billets qui vont suivre. En plus synthétique, rassurez-vous…

 

Tuto.com Credit Adder

« Tuto.com Credit Adder v1.0.1.rar  » est le nom d’une petite application qui tourne en ce moment sur le net et qui vous laisse penser que vous pourrez ajouter autant de crédits que vous le souhaitez sur votre compte tuto.com (sans les payer bien évidemment).

« Chouette, des crédits gratuits » !

Malheureusement, vous vous apercevrez bien vite qu’aucun crédit ne sera ajouté sur votre compte tuto.

wait what

Quand tu comprends que les crédits ne sont pas ajoutés

« Wait a second… »

Ce que vous ne savez pas en revanche c’est que tous les mots de passes stockés sur votre machine (Internet Explorer, Google Chrome, Mozilla Firefox, JDownloader, Steam User, Minecraft, FileZilla, Pidgin, Opera, MSN, ICQ) sont envoyés sur le FTP de l’auteur de ce programme, qui se fera un plaisir de les utiliser (ou pas) à des fins peu recommandables.

forever alone

Quand tu comprends que tous tes mdp sont hackés

Rémi est arrivé à cette conclusion en installant ce programme sur une VM vierge de Windows et en analysant les paquets transférés par l’application.

Je peux totalement comprendre que certains puissent être attirés par la qualité des produits vendus sur tuto.com. Les auteurs indépendants avec lesquels nous travaillons, ont acquis, grâce à des années d’expérience et de travail un réel savoir-faire et proposent des vidéos vraiment top. Je comprends également que l’on ne puisse pas avoir les moyens de s’offrir tous les contenus du site (surtout lorsqu’on est étudiant ou chômeur). J’ai moi même piraté par le passé (et j’avoue continuer occasionnellement avec certaines séries que je ne trouve pas en VOD). Enfin, je peux également comprendre le défit que représente la recherche d’une faille dans un site ou service. C’est de bonne guerre.

La démarche ici est très différente. Elle ne propose pas de partager des contenus exploités via une faille, mais de pirater tout simplement vos mots de passe. Bref, vous vous retrouvez être le dindon de la farce !

Si vous croisez ce programme (ou un autre qui vous promet monts et merveilles) rebroussez chemin !
J’ajoute que nous proposons 3000 vidéos totalement gratuites, que les auteurs mettent régulièrement des vidéos en promotion, et nous faisons de même sur les crédits. Dailymotion, vimeo ou encore youtube, regorgent également de tuto gratuits.

Si vous avez utilisé ce programme, on ne vous en veut pas (on a trouvé certains utilisateurs sur le FTP de notre cher pirate). Pensez-juste à modifier tous vos mots de passe et à être plus prudents à l’avenir.

PSD offert : Marumiyan

PSD marumiyan Fotolia TEN

L’opération TEN de Fotolia, saison 2, vous propose de découvrir son 4ème artiste. Marumiyan est japonnais, il vous propose de télécharger pendant 24h seulement et gratuitement, son PSD. Voici 2 vidéos pour découvrir l’artiste :


Pour télécharger le PSD c’est ici (attention valable 24h seulement).

Creative Days

Adobe Creative Days

Creative Days est le nom d’un événement lancé par Adobe faisant suite aux deux précédentes éditions de la Creative Week, auxquelles nous avions participées l’année dernière.

Le concept de la Creative Week a plu, le projet devient donc européen. La journée française des Creative Days se tiendra le 11 juin 2013, avec 2 émissions en live, des reportages et des workshops et j’imagine pleins de bonnes surprises préparées par les équipes d’Adobe France .

Pour le moment, pas de site internet, mais un hastag à surveiller : #creativedays

© 2014 Blog Tuto.com

Thème par Anders Norenen haut ↑